Skopein, metal, mirror and concrete

Skopein, metal, mirror and concrete

Skopein, metal, mirror and concrete

Skopein, metal, mirror and concrete

Skopein, metal, mirror and concrete

Skopein, metal, mirror and concrete

«Skopein» est un prisme à base hexagonale avec des facettes triangulaires. L’intérieur de la sculpture est recouverte de facettes en miroirs qui forme un kaléidoscope à dimension humaine. Cette échelle permet au spectateur de se confronter à la pièce de manière physique et ainsi devenir partie prenante de la sculpture en voyant son propre reflet se mêler aux reflets du paysage extérieur.

Cette sculpture, comme son titre l’indique, propose une observation qui déconstruit le paysage et l’architecture alentour mais aussi sa propre perception. «Skopein» peut fonctionner comme une sorte de machine à images jouant entre l’espace extérieur et intérieur, un espace définit de l’extérieur et infini à l’intérieur. Les mouvements créés par le spectateur et l’environnement proposent des combinaisons infinies.

L’Unithèque offre un dégagement sur les montagnes et le lac qui fait de cet emplacement un lieu particulier entre un bâtiment à fonction universitaire et la nature environnante. La sculpture provoque alors un filtre halluciné entre la nature et la culture.

SD